Le blog d'Univeda

Cosmétiques naturels & responsables

IMG_0490

Quelle est la différence entre une eau florale et un hydrolat?

Hydrolat, eau florale, est-ce la même chose ?

Un hydrolat et une eau florale s’obtiennent de la même manière : par distillation ! (distillation par entrainement à la vapeur d’eau)
Les plantes sont disposées dans le panier d’un alambic. Sous l’action de la chaleur, l’eau présente sous le panier se transforme en vapeur et traverse les plantes en emportant leurs molécules aromatiques.

Préparation des sommités fleuries d'Achillée Millefeuille pour la transformation en hydrolat

Préparation des sommités fleuries d’Achillée Millefeuille pour la transformation en hydrolat

Cette vapeur est ensuite refroidie par un circuit de refroidissement et se retransforme en liquide.

L'hydrolat sort de l'alambic

L’hydrolat sort de l’alambic

Il y a souvent 2 phases dont les proportions varient énormément d’une plante à l’autre :

  • une phase grasse en surface : c’est l’huile essentielle
  • une phase aqueuse : c’est l’hydrolat ou l’eau florale

Historiquement on distinguait EAU FLORALE  pour les hydrolats obtenus à partir de fleurs (sommités fleuries : rose, lavande, achillée, carotte) et HYDROLAT pour tout le reste : quand on utilise des feuilles / tiges / racines / écorces (sauge, basilic, eucalyptus, menthe, romarin..)
Autrement dit les hydrolats regroupent toutes les eaux récupérées à la distillation et les eaux florales représentent la catégorie des hydrolats de fleurs.
Nous voyons qu’à l’origine hydrolats et eaux florales étaient bien la même chose. Il s’agissait juste d’une précision de classement dans la famille des hydrolats pour distinguer les plantes à fleurs de celles sans fleurs !

Pourtant aujourd’hui c’est un peu moins simple puisqu’en regardant les différentes marques on trouve à la fois hydrolat de rose et eau florale de rose, hydrolat de menthe et eau florale de menthe etc… ! Alors pourquoi les producteurs choisissent-ils un terme plutôt que l’autre ?

Et bien c’est tout simplement lié à la réglementation cosmétique européenne qui semble avoir un peu chamboulé tout cela.

Pourquoi trouve t’on des hydrolats et des eaux florales pour la même plante ?

Tout dépend de ce que vous souhaitez en faire !
Si vous souhaitez recommander un hydrolat (floral ou pas) pour une utilisation cosmétique
, celui ci devra obligatoirement être commercialisé en tant que cosmétique et donc devra faire l’objet de tout un panel d’étapes obligatoires avant sa mise sur le marché : déclaration de la formule sur le portail européen des cosmétiques, création d’un dossier cosmétique, recherche des allergènes, innocuité du packaging, test sur la peau humaine, évaluation et attestation toxicologique. Bref ce n’est pas simple et c’est même couteux ! Il devra par ailleurs porter le nom d’EAU FLORALE ! Et oui et même si il s’agit de tout sauf d’une fleur !

Si vous souhaitez recommander un hydrolat pour une utilisation en interne, votre hydrolat ne devra pas passer par toutes ces étapes. Il sera considéré comme un produit alimentaire et pourra conserver son appellation HYDROLAT, cependant il ne vous est pas interdit de l’appeler Eau Florale si il s’agit véritablement d’Hydrolat de Fleur ! Il ne devra pas contenir de conservateur et devra être consommé rapidement avant sa date de péremption. Il est même conseillé de le garder au frais après ouverture

Hydrolats en vrac non conditionnés

Hydrolats en vrac non conditionnés

Mais ce n’est pas tout, un hydrolat commercialisé en tant que cosmétique (donc une eau florale, vous me suivez?) devra faire apparaitre sur sa liste d’ingrédients les allergènes qu’il contient. (Et oui les hydrolats contiennent toujours une faible fraction d’Huile Essentielle et donc il reste bien souvent des traces d’allergènes !). Il devra aussi contenir un conservateur pour sa conservation. C’est pour cela que l’on peut trouver une grosse différence entre un hydrolat et une eau florale cosmétique en finalité si on regarde bien les étiquettes. Allez, je vous propose un petit résumé :

HYDROLAT ALIMENTAIRE

  • utilisation interne (voie orale)
  • pas de conservateur
  • allergènes non mis en évidence sur l’emballage
  • allégations cosmétiques sur l’emballage interdites
  • à utiliser rapidement

HYDROLAT COSMETIQUE (souvent appelé EAU FLORALE)

  • utilisation externe (cosmétique)
  • conservateur (ceux qui sont autorisés en Bio : Potassium Sorbate, Citric Acid, Leuconostoc/radish root ferment filtrate,
  • Dehydroacetic acid, Benzyl alcohol)
  • allergènes mis en évidence sur l’emballage
  • allégations cosmétiques sur l’emballage autorisées
  • se conservent longtemps

Une petite info en plus ? Les hydrolats alimentaires sont soumis à une TVA de 5,5 % puisque considéré comme alimentaires et les eaux florales ou hydrolats cosmétiques à une TVA de 20%.
Vous voyez qu’il s’agit vraiment là de 2 routes bien différentes que peuvent prendre au début le même produit qui sort de l’alambic !

Hydrolat de Rose ou Eau Florale de Rose ?

Hydrolat de Rose pur et Eau Florale de Rose

Hydrolat de Rose pur et Eau Florale de Rose

Tout dépend de ce que vous souhaitez en faire !

Si vous cherchez de l’hydrolat de Rose pour une dépression par exemple, vous devez donc chercher impérativement un véritable hydrolat sans conservateur, c’est toujours plus sympathique pour une ingestion !

Si vous cherchez de l’hydrolat de Rose pour votre peau, vous avez le choix : l’Eau Florale de Rose vous garantit que le soin a été évalué comme un cosmétique par un toxicologue… mais il y aura forcément l’ajout d’un conservateur dans la formule. Certains puristes (dont je fais partie) préfère utiliser un Hydrolat de Rose pur sans adjonction de conservateur … au plus proche de la nature…

A savoir que dans les 2 soins (Hydrolat de Rose de qualité Alimentaire ou Cosmétique) il y a des allergènes mais que ceux ci ne sont pas indiqués sur l’hydrolat alimentaire car la recherche n’a pas été faite.
Ce détail est important à connaitre pour les personnes sujettes aux allergies qui doivent éviter à tout prix les allergènes. Pour les autres personnes qui ne sont pas concernées (nous ne sommes heureusement pas tous allergiques aux allergènes naturellement présent dans les HE et Hydrolats) l’utilisation d’un hydrolat ou d’une eau florale sera à faire en fonction de ses envies mais surtout selon si vous souhaitez utiliser ces formidables soins en interne et/ou en externe.

Donc en résumé une fois de plus : fiez-vous aux étiquettes plutôt qu’aux noms sur les emballages car il semblerait que ce ne soit pas très bien défini ni compris par tous encore pour l’instant !

J’aimerais d’ailleurs bien savoir si vous étiez au courant de cette distinction et si avez une préférence pour les hydrolats purs ou pour les eaux florales ?

Mélanie

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

0 Comments

Add yours

  1. Genial l’info! Je comprenais pas et mainrenant j’ai tout compris
    Merci melanie!

  2. Merci beaucoup pour ce beau partage de connaissance!

  3. Avec plaisir ! J’ai beaucoup de choses à partager et j’ai décidé qu’il était temps de s’y mettre ;) Le plus difficile est sans doute d’oser car j’ai toujours peur d’une exactitude alors si jamais j’en faisais il ne faut pas hésiter à me corriger !
    Belle journée à vous.

  4. Merci à vous Jeremia. Je vais encore approfondir le sujet, il ne me reste plus qu’à contacter encore plus de marques pour recueillir leur témoignage sur ce sujet !

  5. Je ne connais pas la différence je viens d’acheter de l’eau florale de lavande il y a la mention alimentaire ! On m’a dit que je pouvais l’utiliser aussi en cosmétique ! La vendeuse ne savais pas la différence !

  6. Bonjour Christiane,
    Oui vous pouvez l’utiliser sans crainte également en cosmétique, elle n’en sera que plus douce pour votre peau. Par contre utilisez la rapidement et conserverez la au refrigérateur pour plus de sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020 Le blog d'Univeda — Powered by WordPress

Theme by Anders NorenUp ↑